Le carnaval de Nice et ses fous : Paillassou, Polichinelle, Triboulet par Annie Sidro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le carnaval de Nice et ses fous : Paillassou, Polichinelle, Triboulet par Annie Sidro

Message  grelots le Lun 6 Déc - 16:33

Fille et petite-fille de carnavaliers niçois, Annie Sidro s’est intéressée depuis son enfance au Carnaval. Depuis 1897 son grand père, ses oncles et son père réalisèrent à tour de rôle le grand char officiel de Sa Majesté Carnaval, en collaboration étroite avec le grand imagier du carnaval niçois, Gustave-Adolphe Mossa. A défaut de construire un char elle-même selon la tradition familiale, elle s’est attachée à décrire dans plusieurs ouvrages les institutions puis l’évolution des rituels carnavalesques dans sa cité natale. Docteur en Histoire de l’Université de Nice, son travail est le fruit d’une recherche interdisciplinaire où l’histoire des mentalités, la psychologie sociale et l’ethnologie se rencontrent.Trop souvent perçu à tort comme une immense machinerie industrialisée, le Carnaval de Nice est avant tout une création populaire due à l’imagination et au travail d’une corporation de Niçois qui s’activent avec passion pour ce violon d’Ingres qui n’est pas leur profession mais qui leur a été transmis par héritage familial et culturel. Auteurs : Paillassou, Polichinelle et Triboulet sont les trois principaux protagonistes de cette fresque où la valeur symbolique de cet art grotesque échappe parfois à l’œil du spectateur qui ignore la force d’une œuvre comme le char de la Ratapignata (chauve-souris) qu’Annie Sidro nous dévoile avec finesse. Son attachement au milieu de carnavaliers et à sa ville joint à sa quête minutieuse de documentation et à sa formation universitaire font de ce livre un ouvrage riche par la multiplicité des témoignages. Il répond à un vœu des Niçois soucieux de mieux faire connaître aux visiteurs et aux curieux une page colorée et populaire de leur histoire.Aujourd’hui, Annie Sidro est présidente de l’association Carnaval sans Frontières, créée à la mort de son père en 1980. Elle a pour but de mettre en valeur le patrimoine du carnaval niçois et l’art, les disciplines artistiques qui interfèrent dans les carnavals du monde. Elle a constitué une banque d’images de plus de 100 000 documents et établi des liens, des contacts étroits entre les meilleurs artistes carnavaliers, plasticiens de plusieurs pays dans le monde. Son vœu le plus cher est de contribuer à la création d’un grand Centre International des Arts Carnavalesques à Nice, Capitale mondiale de la Fête.

avatar
grelots
sou
sou

Messages : 183
Date d'inscription : 14/04/2010
Age : 52
Localisation : Terrasson

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum