Historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Historique

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 9:02

Cousinage et parenté

La Buffatière est apparentée avec de nombreuses danses d'ici ou d'ailleurs comme le Buffo-li, le Branle del Bufet des Causses la Tiga-tiga-tiga catalane .

Le Buffo-li, pratiqué dans tout le Languedoc comme danse de carnaval, est un branle réservé aux hommes. Le visage noirci, coiffés d'un bonnet de nuit, vêtus d'une longue chemise de femme qui les font ressembler à des ramasseuses de sarments, les jeunes gens marchent en file indienne, portant une chandelle allumée et un soufflet de cuisine avec lequel chacun d'eux est censé éteindre la chandelle de celui qui le précède en lui soufflant au derrière. Les hommes descendent la grand-rue, rejoignent l'orchestre autour duquel il font une sorte de procession en chantant :

"E bufa-li al cuol
Si vos atudar la candela ;
E bufa-li al cuol
Amb ton bufet belèu l'atudaras"
(Le Buffo-li à Alairac – Aude - d'après André Mouls)


Le danseur de tigatigatiga est vêtus d'une chemise de nuit, muni d'un entonnoir à saucisse dans lequel on place une chandelle allumée et affublé d'une queue de papier journal attachée à son arrière-train. Chacun essaie de mettre le feu à la queue du danseur qui le précède en entonnant le refrain :

"E yeou te l'incendre la tigatigatiga
E yeou te l'incendre la tiga del pape"
(d'après Armand Guibbal)


Pour la danse des soufflaculs, ou Branle del Bufet, les hommes, travestis en femmes, affublés de longues chemises , la tête recouverte d'un bonnet de coton, un soufflet de cuisine dans les mains, se rangent à la queue leu leu et tournent en cercle, dans la nuit, au son du "graille" (hautbois) et des cymbales. Tout en suivant le rythme de la musique et sans perdre la file, chaque homme essaie de souffler au cul de celui qui le précède. L'air est en mouvement, l'agitation devient frénétique, tapageuse. Ainsi libère t-on le souffle , l'âme des morts que les hommes portent en eux.

Ces rondes et danses ont probablement une origine carnavalesque. Leur pratique est fort ancienne, comme l'atteste un bas-relief d'une stalle du XVIeme siècle de la Collégiale Notre-Dame de Villefranche de Rouergue. Elles célèbrent la fécondité de la terre, le passage de l'ancienne à la nouvelle saison.

Au village de Trèves, au pied du Causse Noir, le "Pétassou" sort le 3 février pour la Saint Blaise. Annonciateur de la fertilité printanière, il est revêtu de "pétas", bouts de tissus dont chaque maison du village a voulu se débarrasser. Il protège sa vessie de porc gonflée, emprisonnant le "souffle", d'éventuels agresseurs qui cherchent à la crever.
(d'après "Les êtres de la brume et de la nuit" A. Bloch-Raymond et J. Frayssenge)

Carnaval, passage d'hiver au printemps, de la mort à la vie, symbole de rebellion, le souffle pour libérer l'âme des morts, le souffle de l'abondance et de la vitalité, le souffle fertilisateur (le soufflet comme symbole sexuel)…
On peut encore trouver de nombreuses explications…Mais à quoi bon chercher si compliqué quand la magie peut faire simple.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historique

Message  Admin le Lun 18 Avr - 22:39

Extrait de l'Aveyron secret par Jean Michel Cosson et Jean Philippe Savignoni

http://books.google.fr/books?id=yZ7EfH0eIUcC&pg=PA283&dq=buffatiere&hl=fr&ei=zK6sTZjWB8SI4gaU5Y3TCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CCoQ6AEwAA#v=onepage&q&f=false
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum