Origine des Soufflaculs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Origine des Soufflaculs

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 8:07

A Saint Claude dans le Jura:

Les Soufflaculs à la poursuite du Malin.....
L'explication remonte au temps des moines et mélange le profane et le sacré. Déjà au temps du roi Louis X1, la Confrérie de la Mère Folle célébrait avec force gaillardise et paillardise les jours du mardi Gras. A l'opposé, parmi les cérémonies rituelles des pénitents blancs de St Claude, il s'en trouva une qui prit de l'importance dès le milieu du XVIIème siècle. Ce mercredi du Carême, les confrères se rendaient à l'église St Romain pour y recevoir les Cendres. Au cours de la Procession, le prieur, aux 4 coins de la ville, sollicitait le Seigneur d'éloigner de la cité le diable et ses maléfices. Or l'un des Confrères, avec un soufflet, avait pour mission de chasser hardiment Satan où qu'il se réfugiât.

Comment le Sacré et le Profane ont - ils interférés ? ....

On perdrait son latin à le déterminer. Au cours du XIXème, le Soufflacul eut l'idée de situer le logis de prédilection du diable sous la robe féminine, et fût -elle mini, le malin s'en accommode.
Selon la tradition, les réjouissances duraient trois jours, trois fois 24 heures où chacun se défoulait : le lundi, « les Raiguiseurs » affûtaient les coutelas destinés aux cochonnailles, le mardi « les Sauteurs de plon-plon » lançaient en l'air, sur un drap tendu, un mannequin symbolisant un personnage ou un usage décriés ; le mercredi le cortège des Soufflaculs purifiait la ville jusqu'à l'incinération du Roi des Souffls, dans la soirée.

Qu'importe le respect des dates, du moment que subsiste l'esprit, et que toute dame ou damoiselle de St Claude ou autre localité, aura été par le soufflet dûment purifiée.

L'Etude des Mœurs contribue de son côté à voir une autre facette du caractère.

La fête annuelle des Soufflaculs, autant dire un carnaval qui n'existe nulle part ailleurs. Admettons que du « temps des moines », les farces et joyeusetés de la Mère Folle, pour laquelle la population possédait toute licence de s'esbaudir et d'en rajouter, aient déjà conduit à l'excès, à ce point que les moines revêtus de blancs surplis se faisaient devoir de purifier la ville par des processions. Où le malins trouvait-il plus idoine logis que sous la cotte féminine, qui n'était point alors réduit au minimum ? C'était à grands efforts de soufflets que le malin finissait par déguerpir. L'opération se complétait par un bon coup de balai aux carrefours, et un an durant aucune fille de St Claude qui ne fut pure.

Légende que tout cela. Cependant, quand un retiendrait le vieil esprit contestataire de la population sanclaudienne, en réaction contre l'autoritarisme des moines et les mœurs pour le moins déréglées de certains, il suffirait pour que l'on considérât la fête des Soufflaculs comme la parodie osée d'une cérémonie purificatoire. Quand le bon monde s'accordait le temps de vivre, la fête durait trois jours : le premier, les « raiguisseurs » proposaient leurs services rémunérer pour affûter la cochonnaille des bafreries du carnaval ; Le second, les « sauteurs de plon - plomb » sur un drap tenu aux quatre coins faisaient bondir et rebondir un mannequin censé représenter un quelconque personnage contre lequel la vindicte estimait à tort ou à raison avoir à sévir ; le troisième, ayant tiré des coffres et armoires les « liquettes » ancestrales, coiffée du bonnet de nuit en coton, la visagère cachant l'identité, mais le soufflet à la main, l'armée salvatrice s'en allait chasser le malin.

C'était des jours de haute liesse ; mais combien il est vrai que les traditions se perdent.

Aujourd'hui, qu'en est – il de cette grande Fête ? ...

La fête des Soufflaculs ne se déroule plus que sur 2 jours. Le premier, on fait « sauter les plon-plon », le deuxième, Cette fête carnavalesque présente un défilé de chars, de musiques et bien- entendu une multitude de Soufflaculs. Le soir, vous assisterez aux feux d'artifice puis à l'incinération du roi des « Souffls », où nos bonshommes vêtus de blancs danseront en farandole et entonneront la chanson : « halte là, halte là, halte là, les Soufflaculs sont là......... » C'est une période où l'on se raille de son voisin et, ici plus qu'ailleurs, on manifeste contre le pouvoir en place pour se défouler. Aujourd'hui, cet esprit irrévérencieux est toujours présent. Nous vous invitons vivement à participer à cette fête car celle-ci est synonyme de raillerie, défoulement, et c'est un moment à partager ensemble ! Celle ci a lieu soit le samedi ou le dimanche durant le mois de mars ou d'avril.

Source: http://commande39.skyrock.com/24.html
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine des Soufflaculs

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 8:07

A Nontron en Périgord:

Histoire des soufflaculs de Nontron en Dordogne d'après Louis Le Cam

Cette tradition remonte au Moyen Âge. Elle n'a survécu qu'a Nontron (Dordogne) et a Saint Claude (Jura). Il s'agit vraisemblablement d'une "sotie", farce satirique au cours de laquelle le peuple s'affublait de masques et déguisements qui lui permettaient, en se défoulant, de brocarder les puissants et les riches, et notamment, les prêtres et les moines.

La Procession avait lieu pendant la période précédant le jeune du carême, au moment ou les ripailles et une certaine licence dans les mœurs étaient autorisées. Vraisemblablement les soufflets étaient destines a exorciser les démons se cachant sous les jupes des femmes de Nontron, les Nontronnaises ayant la réputation d'être légères et peu vertueuses.

Cette tradition serait par la suite tombée en désuétude ; elle aurait été exportée au Mexique par un ordre religieux, et remise en honneur dans le Jura et a Nontron, par les soldats du corps expéditionnaire de retour en France, âpres l'échec de la conquête de 1865.

Autre thèse de M. Paul Thibaud ...

Cette tradition serait une parodie irrespectueuse du zèle exorciseur des Pères du couvent de Saint Sauveur. Pour chasser l'Esprit du Mal des recoins ou ils le soupçonnaient de se dissimuler, les "Bons Pères", vêtus de blanc et munis de soufflets, se suivaient en procession, soufflant énergiquement dans tous les endroits qui leur paraissaient susceptibles d'abriter les démons.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum