Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 8:02

D'après l'éditorial de Max Commeignes ( bulletin de l'association numéro 14 de mars 2001)

A Lunas, comme dans beaucoup de villages languedociens, le Carnaval était l'occasion de perpétuer une tradition très particulière : "La danse du soufflet" ou "Buffatière".

Les exécutants y décrivent de savantes et immuables figures chorégraphiques, chacun étant nanti d'un soufflet de cheminée. A intervalles réguliers, lorsque la musique (saxophone, trompette, accordéon, tambour) attaquait le refrain, chaque danseur s'ingéniait à souffler dans le postérieur de son prédécesseur. Les évolutions de la troupe étaient dirigées par un meneur de revue qui décidait des figures à exécuter à un signal convenu en fonction de la musique et des dimensions de la rue parcourue.

Cette danse, nous viendrait du Moyen-Age. A cette époque, les hommes (toujours purs !) vêtus de blanc, "arrosaient" de farine les spectateurs, à l'aide de soufflets. Lorsque les évolutions du groupe le conduisaient auprès d'une femme réputée de mœurs légères, une marque noire (à la suie) lui était appliquée sur la figure, en opposition à la teinte blanche des enfarinés environnants.

L'instrument essentiel de cette occupation est le soufflet. Dans la civilisation chinoise dont il provient, cet instrument servait à chasser les démons, se détournant ainsi de sa vocation actuelle d'attiseur de feu.

Cette danse, d'ailleurs pratiquée dans de nombreux villages de notre région, dotée d'une version purement lunassienne, fait bien partie intégrante de notre culture.

Toutes les explications proposées tournent autour du symbole représenté par le soufflet et le déplacement d'air qu'il génère: le souffle c'est l'esprit, le souffle libérateur de l’âme des morts portée en soi par chacun..., le souffle de la vitalité en cette période de Carnaval qui marque la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps, le souffle fertilisateur (le soufflet symbolisant le sexe masculin)...

Dans la Collégiale Notre-Dame de Villefranche de Rouergue, un bas-relief sur l'une des stalles du XVème siècle (chef d'œuvre d'André Sulpice, sculpteur marvejolais), représente une scène de danse du soufflet, attestant ainsi l’ancienneté de cette coutume...

Il y a quelques années, Max Commeignes essaya de relancer la pratique de la "Buffatière". Hélas son appel ne reçut pas l'écho escompté !

Source: http://www.lunas.org/folklore_traditions_populaires/carnaval/carnaval_soufflet1.htm
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

A SAINT SEVER du MOUSTIER

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 9:04

A SAINT SEVER du MOUSTIER


Cousinage et parenté
La Buffatière est apparentée avec de nombreuses danses d'ici ou d'ailleurs comme le Buffo-li, le Branle del Bufet des Causses la Tiga-tiga-tiga catalane .

Le Buffo-li, pratiqué dans tout le Languedoc comme danse de carnaval, est un branle réservé aux hommes. Le visage noirci, coiffés d'un bonnet de nuit, vêtus d'une longue chemise de femme qui les font ressembler à des ramasseuses de sarments, les jeunes gens marchent en file indienne, portant une chandelle allumée et un soufflet de cuisine avec lequel chacun d'eux est censé éteindre la chandelle de celui qui le précède en lui soufflant au derrière. Les hommes descendent la grand-rue, rejoignent l'orchestre autour duquel il font une sorte de procession en chantant :

"E bufa-li al cuol
Si vos atudar la candela ;
E bufa-li al cuol
Amb ton bufet belèu l'atudaras"
(Le Buffo-li à Alairac – Aude - d'après André Mouls)

Le danseur de tigatigatiga est vêtus d'une chemise de nuit, muni d'un entonnoir à saucisse dans lequel on place une chandelle allumée et affublé d'une queue de papier journal attachée à son arrière-train. Chacun essaie de mettre le feu à la queue du danseur qui le précède en entonnant le refrain :

"E yeou te l'incendre la tigatigatiga
E yeou te l'incendre la tiga del pape"
(d'après Armand Guibbal)

Pour la danse des soufflaculs, ou Branle del Bufet, les hommes, travestis en femmes, affublés de longues chemises , la tête recouverte d'un bonnet de coton, un soufflet de cuisine dans les mains, se rangent à la queue leu leu et tournent en cercle, dans la nuit, au son du "graille" (hautbois) et des cymbales. Tout en suivant le rythme de la musique et sans perdre la file, chaque homme essaie de souffler au cul de celui qui le précède. L'air est en mouvement, l'agitation devient frénétique, tapageuse. Ainsi libère t-on le souffle , l'âme des morts que les hommes portent en eux.

Ces rondes et danses ont probablement une origine carnavalesque. Leur pratique est fort ancienne, comme l'atteste un bas-relief d'une stalle du XVIeme siècle de la Collégiale Notre-Dame de Villefranche de Rouergue. Elles célèbrent la fécondité de la terre, le passage de l'ancienne à la nouvelle saison.

Au village de Trèves, au pied du Causse Noir, le "Pétassou" sort le 3 février pour la Saint Blaise. Annonciateur de la fertilité printanière, il est revêtu de "pétas", bouts de tissus dont chaque maison du village a voulu se débarrasser. Il protège sa vessie de porc gonflée, emprisonnant le "souffle", d'éventuels agresseurs qui cherchent à la crever.
(d'après "Les êtres de la brume et de la nuit" A. Bloch-Raymond et J. Frayssenge)

Carnaval, passage d'hiver au printemps, de la mort à la vie, symbole de rebellion, le souffle pour libérer l'âme des morts, le souffle de l'abondance et de la vitalité, le souffle fertilisateur (le soufflet comme symbole sexuel)…
On peut encore trouver de nombreuses explications…Mais à quoi bon chercher si compliqué quand la magie peut faire simple.

Source: http://www.saint-sever.net/buffatiere/francais/index.html
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 9:37

La danse des soufflets ou “Buffatière” était autrefois pratiquée dans de nombreux villages de l’Hérault.
Une tradition folklorique médiévale que quelques villages continuent de faire exister aujourd’hui.
Vent des fous, vent porteur d’âmes...


Source:
http://www.lunas.org/folklore_traditions_populaires/bulletin_montpellier_fev09.pdf

La danse des soufflets – bufali en Languedocien, bofets dans la plaine de l’Hérault – est une tradition folklorique médiévale.
Elle s’exécute durant Carnaval, au mois de février, période rituelle où l’ensemble du corps social se met en fête et proclame l’autorité d’un Roi des Fous qui mène la danse… Certains tableaux de Jérôme Bosch ou de Pieter Bruegel (l’Ancien) sont à ce titre particulièrement évocateurs du triomphe festif du monde à l’envers, où permutent sur un mode parodique ou satirique, le haut et le bas, le devant et… le derrière.
Pour entrer dans la fête, « il suffi t d’être “à l’envers” nous rappellent Daniel Fabre et Charles Camberoque dans leur ouvrage La fête en Languedoc (éd. Privat).
Par le déguisement et les masques, on passe du masculin au féminin, du jeune au vieux, du pauvre au riche, du blanc au noir…. de l’anarchique à l’institué ». Soudain, tous les repères ordinaires et “sérieux” se brouillent ! Le corps social oublie un temps ses règles, ses conventions et ses convenances…
Enfin, “on peut souffler” !
Dans la danse des soufflets, tout tourne autour du symbole des souffl es-à-cul. C’est la preuve par corps de la vie libre et joyeuse (« Qui pète bien n’a pas besoin de médecin », dit le proverbe populaire ancien.) C’est aussi l’envers parodique du souffle sacré, par lequel l’âme se libère du corps à l’agonie. Certaines paroles
de la chanson occitane qui accompagne la danse, sont peu ambiguës de cette vigueur sexuelle (fort machiste !) :
« Souffl e-lui au cul, la pauvre vieille. Souffl e-lui au cul, qu’elle en a besoin ! »

Selon Fabre et Camberoque, c’est à travers les orifices naturels que « le souffle circule. Vers le haut, c’est par le cri, le rire, le chant, la musique des instruments à vent que le souffle vital se libère.
Vers le bas, c’est le pet qui triomphe. Au cours de la danse des soufflets, tous les pets sont captés dès leur sortie : les jeunes en blanc suivent à la queue leu leu un meneur qui, armé d’un balai de genêt ou de paille, ouvre la route ; chacun porte un soufflet de cuisine qu’il pointe entre les fesses de son prédécesseur, dont il pompe les pets qu’il convertit en giclée de farine. (…) ».
Aujourd’hui, la danse des soufflets se pratique encore, lors des réjouissances de carnaval à Bessan, Lunas, Roquebrun et parfois à Pézenas.
Lors de La dégelée Rabelais, l’exposition-événement de l’été 2008 à Montpellier, Claude Gaignebet, éminent folkloriste et spécialiste de l’artiste éponyme, a commenté une visite au Carré Sainte-Anne, à partir des oeuvres exposées, sur ce thème du souffle.
A vous le couper…

Bibliographie :
C. Gaignebet et MC. Florentin Le carnaval, essais de mythologie populaire, Payot Paris, 1974.
Jean Baumel, Les danses populaires, La grande revue, institut d’études OC. Martel et Lambert, Les chants populaires du Languedoc, Laffi te reprints, 1975. J-M. Privat, Elias et le théâtre des corps, Hexis et habitus, Cahier du Portique, sous la direction de J-P. Resweber, Université Paul-Verlaine - Metz.
Et, plus accessible, Daniel Fabre, Le Carnaval ou la fête à l’envers, Découvertes Gallimard.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 11:01

Danse du soufflet à Bessan

" La danso das buffets ", ou danse du soufflet, est pour certains auteurs la danse de la corporation des bouchers. Bouchers qui décollaient la peau de la viande, chez certains animaux, en envoyant de l'air avec un soufflet, dont la pointe était placée dans une entaille faite au niveau des pattes.
Pour d'autres, elle imite les moines qui, au Moyen âge, dans certaines régions, parcouraient les rues à la fin du carnaval en soufflant partout et en balayant, sous prétexte de purifier les maisons et leurs habitants Certains disent pour éteindre le feu intérieur. Les paroles chantées en occitan semblent donner raison à ces derniers : " Souffle-lui au cul la pauvre vieille. Souffle lui au cul, qu'elle en a besoin ! ".
La danse s'est pratiquée à Bessan pour le carnaval et elle est dansée, depuis quelques temps, pour le 14 juillet. Les danseurs y sont habillés de blanc et coiffés d'un bonnet de nuit. Ils sont placés en file indienne par ordre de grandeur, les enfants devant. Ils tiennent dans les mains un soufflet et un bâton pour marquer le rythme, et se déplacent d'un pas chassé, en faisant semblant de souffler sur leur voisin. Quelques uns vêtus de chemises de nuit et équipés de véritables soufflets envoyaient, dans la première moitié du XXe siècle, su son sous les robes des filles.
Arrivés sur une place, les danseurs se mettent à tourner, formant un escargot ou une croix, avant de continuer la danse.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 11:03

Source:
http://labastido.canalblog.com/archives/2010/01/20/16426289.html

LA DANSE DES BOUFFETS

Voici une petite description pour ceux qui ne connaissent pas:

On exécute cette danse le mercredi des cendres. Les «Boufetaire» faisaient partie du cortège de «Caramentran». Des jeunes gens vêtus de chemises blanches de femmes, des rubans aux épaules, des grelots aux pieds, un soufflet à la main, des joues enfarinées, le front signé de cendres, font une marche à «pèd cauquet» (en sautant d’un pied sur l’autre). Pendant la danse, on égrène des couplets grivois. Les danseurs soufflent au postérieur de leurs camarades, tout en évoluant sur deux files, en cercle, en spirales, avec des demi-tours brusques pour changer de sens et de partenaires. Le soufflet est garni de suie ou de farine et servait aussi à écarter les badauds.

On y trouve un symbole lunaire : la spirale. Le pas boîté, ainsi que la ronde à renversements caractérisent la civilisation paysanne, car ils soulignent la faiblesse de la nature en début de cycle.
Les sauts en cadence sont des appels pressant aux forces de la végétation, le soufflet insuffle ces forces à la nature endormie.
Cette danse se retrouve aussi dans plusieurs régions de France : Pyrenées, Jura, etc.

C'est une fête traditionnelle de Provence On la fêtera le 21/02/09 à St Jeannet !!!

A Château-Arnoux, l'Association des Bouffets jarlandins a existé pendant plusieurs années puis s'est éteinte, L'Association du Patrimoine de Château-Arnoux souhaiterait voir renaître cette tradition.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 11:33

Source:
http://cessenon.centerblog.net/581098-La-bufatiere

Une bufatiera à Barre près de Murat s/ Vèbre

C’est une danse traditionnelle de l’espace occitan. A l’origine ce sont les hommes qui la dansent. Ils sont vêtus d’une chemise de nuit, éventuellement coiffés d’un bonnet de nuit et munis d’un soufflet (lo bufet). Ils forment une ronde ou une farandole, chacun soufflant avec son instrument dans l’arrière-train de celui qui est devant. Les paroles, répétitives, ne sont pas très compliquées : on y entend notamment « E bufa ie al trauc que n'a ben de besonh » (Et souffle lui au trou qu’il en a bien besoin).
Il y a des variantes. Les danseurs peuvent se noircir la figure, envoyer de la farine, voire de la cendre avec leurs soufflets.
D’où vient cette danse ? De la nuit des temps sans doute. Une légende prétend que l’annonce d’une victoire des armées du Roi de France avait réveillé les habitants d’un village, qu’ils s’étaient levés en chemise de nuit et pour exprimer leur joie avaient dansé dans cette tenue, dispersant les cendres dont ils avaient rempli leurs soufflets. Une autre version affirme que l’objectif de la danse des soufflets était de chasser les démons.
Il y a également une variante pas trop éloignée, la danse du feu au fesses. Chacun des participants est équipé d’une bougie et essaie d’enflammer le papier de celui qui, devant lui, l’a suspendu à son derrière. Là c’est en espagnol et les paroles sont « ¡ Y yo te lo encenderé el tío de papel ! » (et moi je te l’allumerai ton papier !) Il me semble l’avoir vu exécuter à Cessenon, à la Libération, sur la place du village.
En Provence l’air de la danse des soufflets est assez différent de celui que nous connaissons par ici, les paroles aussi, plutôt grivoises. En voici un extrait écrites dans la graphie provençale :

Sian uno bando de bravo jouventuro
Avèn un grand fue que nous brulo
Se sian imagina pèr se lou fa passa
De prendre dei boufet au cuou se fa boufa
Au cuou se fa boufa au cuou se fa boufa

Ainsi que sa traduction :

Nous sommes une troupe de joyeux jouvenceaux
Nous avons un grand feu qui nous brûle
Nous avons imaginé pour se le faire passer
De prendre des soufflets et se souffler au cul
Et se souffler au cul et se souffler au cul.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Admin le Jeu 29 Avr - 11:47

Source:
http://racines.traditions.free.fr/dansea/index.htm

La Bouffetaïre ou Danse des bouffets (des soufflets) de Provence est analogue aux Soufflaculs de Saint Claude du Jura : elle consiste à souffler avec un soufflet ou un bouffet (bouffado en Ardèche) sous la chemise ou sous les jupes des participantes. (On remarquera le jeu de mots transparent en provençal : “souffler = bouffer” !

Ainsi, dans les Hautes Alpes dit–on :
« Boffa-li al quiou, iou té boffi, iou té boffi,
Boffa-li al quiou, iou te bofféraï ou tiou ! »

Dans le midi, la langue d’Oc est très… directe, et ces couplets sont donc souvent forts savoureux ! Par exemple, le second jeu de mots joue sur cul/ quiou qui se prononce aussi “tiou” comme dans al tiou ”au tien”, lorsqu’il est joint à la Bourrée du Lézard, fait que le programme de ces soirées festives était connu d’avance et même espéré par les “jeunesses” de nos montagnes occitanes…

À Aix-en-Provence, les jeunes danseuses heurtent le tronc d’un olivier trois fois de suite avé lou tiou.
On aura bien sûr reconnu là un ancien rite* propitiatoire de fécondité18.

« À Montagnac (Hér.) le dernier jour de l'Épiphanie, les instruments payés, les jeunes gens ayant à leur tête le Capdéjhoubén et les Souteneurs, armés chacun d'un vieux soufflet, dansent à queue leu leu et en cadence sur l'air expressif d'une chanson très ancienne.

Dans ce moment chaque danseur se met en position de recevoir un clystère, après quoi ils frappent tous en mesure sur leur soufflet qu'ils lancent ensuite sur les toits. Cette danse dont on ignore l'origine est très amusante. » e-prod/ extrait de Guide et Annuaire : La France pittoresque

Dans le Nantais, les danses étaient intercalées avec des chants que les mariés de l’année devaient “interpréter” sous peine d’amende. Nous vous laisserons imaginer les “couplets vivants” spontanés que les farceurs pouvaient imaginer à cette occasion pour obliger leurs conscrites à les interpréter en public.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 469
Date d'inscription : 14/04/2010

http://espritsoufflaculs.cultureforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la danse du Soufflet ou Buffatiere

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum